Krama khmer blog: menu

Le tissage de la soie

Au Cambodge, le tissage est une tradition artisanale très répandue et historiquement très ancienne. On en relève déjà des traces à l'époque du grand Empire khmer, comme en attestent certains bas-reliefs des temples montrant des personnages vêtus de pièces de textile finement travaillées. Le centre traditionnel du tissage de la soie au Cambodge est la province de Takéo, où on trouve encore souvent de nos jours un métier à tisser sous les maisons sur pilotis des villages. L'île de Koh Dach sur le Mekong, communément appelée l'île de la soie, à proximité de Phnom Penh, constitue un autre centre important.

Au Cambodge, la soie est un héritage culturel qui se transmet de génération en génération et elle est encore fabriquée à la main selon les méthodes traditionnelles, même si certains produits utilisés aujourd'hui sont différents d'autrefois. La renaissance de la soie cambodgienne, qui était internationalement réputée pour sa qualité avant les années de guerre et le génocide, est aujourd’hui un important enjeu économique: cette production à haute valeur ajoutée pourrait permettre de créer des emplois et d’augmenter les revenus dans le monde rural. Le japonais Kikuo Morimoto a ainsi crée en 1996 l’Institute for Khmer Traditional Textiles, avec pour objectifs de relancer la production locale de textiles traditionnels et de faire revivre la soierie traditionnelle khmère.

           tissage-village-cambodge          
 Métier à tisser traditionnel khmer

La soie et le bombyx du mûrier


La soie est une fibre textile d'origine animale, sécrètée par différents arthropodes, notamment les chenilles de certains papillons. Le ver à soie Tussah, originaire de la région du fleuve Amour au sud en Chine, est utilisé pour produire la soie sauvageLa soie de culture est quant à elle produite à partir du cocon de la chenille du bombyx du mûrier, une forme domestiquée du bombyx mandarina originaire du nord de la Chine. La chenille du bombyx, le ver à soie, sécrète une bave qui, en durcissant, se transforme en un fil unique de soie brute, d’une longueur de 300 à 1500 mètres, avec lequel elle fabrique son cocon.

soie-cocon-chenille
Cocon de la chenille du bombyx du murier

Origines historiques


Même si des découvertes récentes dans la vallée de l'Indus indiquent que la soie y était connue dès 2800 avant JC, ses origines historiques restent indissociables de la Chine. Les écrits de Confucius racontent qu'au 27e siècle avant JC, un cocon serait tombé dans la tasse de thé de l’impératrice Leizu. En tentant de l’en extraire, la jeune fille aurait commencé à dérouler un seul fil, très long et solide. Le cocon provenait d’une chenille de Bombyx mandarina et elle en fit ramasser les chenilles pour les élever. Des cocons obtenus, elle réussit à défaire les fils, puis à les tisser.

Jusqu’au cinquième siècle, le secret de fabrication de la soie resta confiné aux seules cours des dynasties royales, toute tentative de le divulguer étant passible de condamnation à mort. L’Empire de Chine conservera ainsi durant trois millénaires l’exclusivité de la fabrication de la soie, pour mieux en faire et en contrôler le commerce. Puis, la sériciculture se propagea, d’abord en Inde à partir du cinquième siècle, avant de gagner la plupart des pays d’Asie et le Cambodge.

route-soie-chine
Principales routes de la soie entre 500 av JC et 500 ap JC

La sériciculture


Le terme de sériciculture, au sens strict du terme, se limite aux techniques de production des cocons par une chenille. Dans un sens plus large, il inclut les opérations d’étouffage, de dévidage du cocon, et de filature de la soie. De même, la culture du mûrier fait partie intégrante de la sériciculture, le ver à soie se nourrissant de ses feuilles. L’espèce la plus utilisée, Morus alba, est originaire de Chine mais on compte plusieurs centaines de variétés adaptées aux différentes régions de production.

Au Cambodge, la culture de mûrier était très florissante sous l'Empire khmer, avant de décliner, puis de se développer à nouveau après 1963 avec la réforme économique menée par Sihanouk. Deux variétés de mûrier étaient cultivées sur les terres des berges et les hautes terres pour l'alimentation des vers à soie: le mûrier "bay" résistant à la sécheresse et le mûrier "bêk" résistant à l'inondation.

La préparation des cocons


La femelle du Bombyx pond de 300 à 500 œufs et meurt peu après. Ces oeufs mesurent quatre millimètres mais après cinq semaines passées à manger, les vers à soie atteindront dix centimètres. Les vers sont élevés sur des claies où sont réparties les feuilles de mûriers, leur seule nourriture. Ils sont nourris durant 36 jours environ.
Les chenilles grimpent ensuite sur des supports et commencent à filer le cocon à l’intérieur duquel elles se transformeront en chrysalides. Environ neuf jours après leur fabrication, les cocons sont enlevés de leur support. En temps normal, le papillon sort du cocon en rompant le fil, ce qu’on prévient par l’étouffage: la chrysalide est tuée et déshydratée par la chaleur dans des étuves de 70 à 80°C, sans abîmer le cocon.

La filature de la soie


Chaque cocon n'est fait que d'un seul fil, constitué par deux brins de fibroïne enveloppés de grès, une matière qui en séchant colle les deux brins en un fil, et les fils entre eux pour former le cocon. La solubilité du grès dans l'eau chaude permet de tirer le fil et de dévider le cocon. Pour en trouver l'extrémité, on plonge les cocons dans l’eau bouillante et on les remue constamment avec un petit balai qui accroche les premiers fils de dévidage. Un fil étant trop fin, on en réunit plusieurs qui se soudent entre eux en refroidissant lors du dévidage. Les fils sont d’abord enroulés sur des dévidoirs, la soie est alors dite soie grège, puis sur des écheveaux.

Le tissage de la soie


Le tissage est un procédé de production textile où deux ensembles distincts de fils sont entrelacés à angle droit pour former un tissu. Les fils verticaux, dans le sens de la longueur, sont appelés fils de chaîne et les fils horizontaux, dans le sens de la largeur, fils de trame

Le fil de trame est enroulé sur une canette placée dans une navette qui permet de le faire passer entre les fils de chaîne en actionnant les différentes lames grâce aux pédales. Chaque lame correspond à une couche de fils, qui une fois levés, créent une ouverture permettant le passage de la navette. Le battant vient tasser le fil de trame entre chaque coup, le tissu ainsi formé s’enroulant progressivement sur l’ensouple. Avant le tissage à proprement parler, il est d’abord nécessaire de préparer le métier à tisser.

métier-tisser
Métier à tisser

La préparation du métier à tisser


Le bobinage
La première étape consiste à dérouler la soie des écheveaux sur des bobines.

L’ourdissage
Cette seconde opération, qui définira la largeur du tissu, consiste à dévider les bobines sur l'ensouple, où les fils de chaîne sont enroulés sous une même tension, de manière parallèle et selon un ordre précis.

L’empeignage
La troisième étape consiste à faire passer les fils de chaîne dans les dents du peigne, dont l’espacement déterminera la densité des fils de chaîne.

L’enfilage
Les fils de chaîne sont ensuite séparés par des lisses de coton disposées sur différentes lames, elles mêmes reliées aux pédales du métier à tisser. Cette dernière étape définit le type de tissage.