Krama khmer blog: menu

Le krama, foulard traditionnel du Cambodge

Le krama est une écharpe à carreaux emblématique du Cambodge. Plus qu'un simple foulard, le krama est un héritage de la culture khmère. Porté et utilisé de mille façons, le krama est intimement lié à la vie quotidienne des Cambodgiens, dans laquelle ses fonctions sont multiples: écharpe, couvre-chef pour se protéger du soleil, ceinture, sarong, hamac, porte-bébé...

Il est porté indifféremment dans tous les milieux, par les hommes et les femmes, les enfants et les vieillards... Très répandus dans les campagnes, les kramas en coton sont fréquemment portés par les paysans dans les rizières, dans des couleurs souvent ternes ou sombres. Mais le krama est aussi très courant dans les villes. Il constitue une véritable identité vestimentaire, un symbole national.

krama-foulard-traditionnel-cambodge

Origines historiques 

  
Le krama est un héritage de la culture khmère. Historiquement, les kramas pouvaient mesurer jusqu'à cinq mètres de longueur. Leurs origines historiques remontent au moins à la période d'Angkor. Voilà ce qu'un ambassadeur chinois, Chou Ta-Kuan, écrit lors d'une visite d'Angkor au 13e siècle: "Tout homme ou toute femme porte autour de la taille une bande de tissu, sur laquelle une pièce plus grande est nouée quand ils quittent leur maison".

Fabrication et matières


Le krama est un produit phare de l'artisanat du Cambodge, tissé par les femmes sur des métiers traditionnels. Dans les campagnes, le krama joue un rôle important dans l'économie rurale: les femmes tissent souvent des kramas pour avoir un revenu complémentaire après la saison du riz.

Le krama est traditionnellement tissé avec du coton ou de la soie. Le coton et la soie du Cambodge étaient très réputés pour leur grande qualité. Au début du 20ème siècle, la culture du coton s'est peu à peu réduite avec l'arrivée des français, qui lui préféraient l'hévéa. Puis les longues années de conflit, guerre civile, khmers rouges... ont pratiquement fait disparaître la sériculture comme la culture du coton. Mais la longue tradition du tissage au Cambodge ne s'est pas éteinte et renaît aujourd'hui.

Les centres de production traditionnels sont situés dans les provinces de Kampong Cham pour les foulards en coton et de Takéo pour les foulards en soie, mais les kramas se trouvent partout au Cambodge, même sur le plus petit marché de province. Le krama en coton est d'usage courant alors que le krama en soie est surtout porté à l'occasion des fêtes religieuses; on choisit alors sa couleur en fonction de l’événement.

"Le krama est un tissu que les khmers, dans les campagnes, tissaient eux-même. Ma mère en fabriquait à l'époque, en 1958. J'ai vu comment elle faisait: D'abord, elle ramassait le coton de l'arbre. Ensuite, elle le transformait en fil. Elle trempait ces fils, pendant 2 à 3 jours dans du riz. Puis, elle teintait une partie en rouge. Pour la fabrication du "krâma" , elle tissait avec l'engin artisanal monté par mon père. Le krâma servait à tous et pour de nombreux usages quotidiens. Pour marquer leur statut, les riches khmers utilisaient des krâmas en soie et non en coton."
Témoignage de "Kaunklau" sur le forum de Khmer Network

tissage-cambodge
Tissage au Cambodge,
bobinage du fil

Motifs et couleurs


Les motifs originaux sont de simples petits carreaux ou damiers, formés par le croisement de bandes blanches et d'une autre couleur, typiquement rouge, bleu ou violet. A l’origine, chaque province possédait sa propre couleur de krama, permettant d'identifier la région d’où était originaire celui qui le porte. C'est encore le cas par exemple avec les kramas Thleah issus du village de Baseth. Aujourd’hui, il existe un très large choix de couleurs. Les fils de chaîne sont souvent terminés par des nœuds et de fines bandes d'une autre couleur relèvent parfois le motif.


krama-echarpe-coton-cambodge

Dimensions des kramas


La dimension typique du krama est d’environ 70 x 140 cm, pouvant aller pour les grands modèles en coton jusqu’à 190cm de longueur pour 80 de largeur. Les grands kramas en coton sont parfois portés en paréo et trouvent une multiplicité d'usages dans la vie quotidienne des cambodgiens. Les kramas en soie sont généralement plus étroits. La taille d’un krama est fonction de la largeur du métier à tisser utilisé.